Il y a quelques semaines de cela, vous aviez le droit de ne pas savoir que votre placard de cuisine - oui, oui, celui qui est tellement plein qu'à chaque ouverture, une boîte de conserve manque de vous écraser le petit orteil ! - que ce placard, en formica blanc chez les uns, en chêne massif chez les autres, est une véritable mine d'or.

Seulement aujourd'hui, entre le livre de Seymourina Cruse "Les recettes inavouables" (second volet) et le concours de recettes inavouables organisé par Anaïk qui en a découlé, il est humainement impossible d'ignorer ce constat  (à moins d'avoir passé les 3 derniers mois en exil sur une île déserte, je vous l'accorde... et accessoirement je vous déteste petit veinard !).

Personnellement, je me doutais vaguement que ces boîtes de conserve et autres sachets de soupe lyophilisée avaient un intérêt, notamment celui de faire gagner du temps, du coup, j'en ai toujours acheté plus que trop. Désormais, je peux même déculpabiliser : "c'est la dame qui a écrit le livre qui a dit qu'il fallait toujours avoir des pots de crème de marrons... Si ! Pour faire de la glace, pardi !... Eh oui, 8 pots c'est bien nécessaire... Et si tes potes débarquent à l'improviste, hein ?!".

Récemment, partant pour des fouilles au fond de l'étagère salée (boîte de sardines, de petits pois, pâtes, riz, etc, par opposition à l'étagère sucrée, réservée à la pâtisserie), j'ai trouvé un pot d'oignons frits. Ok, c'est tellement bon que je pourrais l'engloutir comme ça, "nature", en tapant ce billet. Mais non, ce serait dommage. C'est peut-être un ingrédient magique...

Résultat, ça fait une semaine que tout ce que je mange à un goût d'oignon frit... et c'est plus ou moins convaincant...
Une réussite : la purée !

puree2

Purée légère à l'oignon frit
Pour 2 personnes

  • 6 grosses pommes de terre Bintje
  • 30 à 40 g de beurre
  • lait
  • sel, poivre
  • muscade
  • 1 gousse d'ail
  • 1 poignée d'oignon frit

Peler les pommes de terre, les rincer sous l'eau, et les mettre dans une casserole, coupées en 4. Ajouter la gousse d'ail pelée, couvrir d'eau et porter à ébullition. Laisser cuire à petits bouillons pendant environ 15 minutes (le couteau piqué dans le chair doit pénétrer sans difficulté). Les égoutter.
Hors du feu, ajouter le beurre en petits dés et commencer à écraser à la fourchette ou au presse-purée. Ajouter peu à peu le lait, jusqu'à obtenir la consistance souhaitée. Novices attention : on ne mixe jamais une purée sous peine de la voir devenir toute collante !
Saler et poivrer, ajouter de la muscade fraîchement râpée et une bonne grosse poignée d'oignons frits.

Verdict : C'est très parfumé, et le contraste des textures est très sympa. Mon Paulo n'a pas été aussi emballé que moi mais il a trouvé ça bon "si, si, c'est bon, on sent bien l'oignon, ça apporte un petit plus"...