Qu'on se le dise, je suis un bec sucré. On me demandait récemment s'il m'était déjà arrivé de faire un repas total sucre. Non seulement, ça m'est déjà arrivé, mais même bien plus souvent que ça, sans parler des journées total sucre. Du matin au soir, inécoeurable la Aurélie !
Sauf que là, pour des raisons professionnelles dirons-nous, je suis contrainte et forcée depuis des semaines de tester et encore tester et toujours tester des recettes à haute teneur sucrifère. Je ne pensais pas dire ça un jour, mais STOP ! Plus de sucre je vous en supplie à genoux !

Plus de sucre du tout du tout ? Oui et non. Par exemple, je voudrais bien prendre un petit-déjeuner salé, mais je n'y arrive pas. Non. Suis pas équipée pour ! Le matin chez moi, ça ne pourra jamais être autre chose que pain tartiné de confiture, fromage blanc nappé de confiture, cuillère de confiture comme ça, en bonus parce que j'ai une rude journée qui m'attend, doigt dans la confiture juste avant de refermer le pot entamé le matin même et déjà descendu des 3/4 de son contenu. Bref, vous l'aurez compris, pour moi un matin sans confiture c'est pas un matin.

Je me souviens, il y a quelques années, Mme P., médecin de son état, m'avait vivement recommandé de réduire ma consommation de produits sucrés. Vu qu'elle m'avait presque mis le couteau sous la gorge, j'avais accepté de suivre le régime drastique qu'elle préconisait, histoire de redonner à mon palais de bonnes habitudes.
Ce furent les (deux) jours les plus durs de ma vie. Rendez-vous compte : j'avais retiré de mon alimentation la confiture, les yaourts aux fruits, le muesli, les fruits, tous les fruits, les fruits séchés, les biscuits, les glaces, les Kinder Schokobons, etc. En gros, 75 % de mon alimentation quotidienne exemplaire.

Premier jour, très difficile, j'ai cru mourir.
Deuxième jour, trèèèèèès difficile. J'avais le teint blafard, le coeur gros, les yeux pleins de larmes et les bras pendouillant jusqu'au sol. On m'a proposé de sortir un peu, me changer les idées. Une soirée filles. Malibu-ananas, vodka-pomme, Jurançon doux, Coca pas light, bonbons et brownies. Hem.
Vingt minutes de résistance "non merci pas d'alcool pour moi... non c'est pas une blague ! (drôle de réputation... je tiens à préciser qu'elle est totalement infondée Papa-Maman), je vais prendre du Coca Light... ah ? 'L'est pas light ? Tu me sers un verre d'eau steuplé ?", "Des bonbons ? Euh, non non, j'aime pas trop ça tu sais", puis, devant le dernier crocodile vert du paquet, le craquage lamentable. J'ai englouti tout ce qui passait. Et la diète sans sucre ne fut plus qu'un mauvais souvenir.

Seulement, aujourd'hui, j'ai vieilli, j'ai mûri, et j'ai compris : Mme P. - même si je la déteste toujours profondément - disait ça pour mon bien "A ce rythme, le diabète vous guette mademoiselle... surtout vu vos antécédents familiaux... il ne tient qu'à vous de réagir tant qu'il est encore temps". La phrase de cette Mère Vertu culpabilisatrice résonne encore, 5 ans après, dans ma tête.

Et c'est ainsi que j'en suis venue à la confiture agar-agarisé. A savoir que depuis mon agglo à l'agar, j'ai appris à dompter la bête et qu'on est devenue plus ou moins copine toutes les deux. J'en suis pas accro non plus, faudrait pas pousser, mais j'avoue qu'elle a des bons côtés que ma fidèle et dévouée feuille de gélatine ne possède pas. Comme notamment cette faculté de transformer quelques poires et un tout petit peu de sucre en confiture. Enfin, disons plutôt en "confiture". Mais, d'avis d'experte (vous permettez ? oui ça fait un peu prétentieuse mais j'assume !), cette version vaut le détour. Pour vous dire, j'ai mangé tout le pot en un seul matin ! (Et en vous disant ça je me rends soudain compte qu'en fait mes bonnes intentions n'auront pas servi à grand-chose... la cure de désintox, j'vois plus que cette solution !)

conf_poire5

Confiture de poire pleine de bonnes intentions
Pour 1 gros pot

  • 2 poires bien mûres
  • 3 cuillerées à soupe de sucre
  • un petit morceau de gingembre frais
  • 2 étoiles de badiane
  • 1 pointe de couteau d'agar-agar
  • 1/2 jus de citron

Peler les poires et les couper en dés. Hacher finement le gingembre. Déposer les dés de poire, le gingembre haché, les étoiles de badiane, le sucre dans un saladier, arroser du jus de citron et laisser macérer au moins 1 heure (mais plus, c'est mieux).
Transvaser le contenu du saladier dans une casserole et faire cuire à feu moyen pendant environ 10 minutes. Ajouter alors l'agar-agar, donner un bouillon et prolonger la cuisson de 2 minutes. Mettre en pot, fermer et retourner jusqu'à refroidissement.

conf_poire7

Conserver au frigo et éventuellement secouer avant de consommer si la confiture a l'air trop figée.

--------------------------------------

Je profite de cette séquence poire pour faire une habile transition, hop, hop, hop. J'ai beau disparaître fréquemment de la blogosphère, parfois, j'arrive à attraper un jeu au vol. Cette fois, ça tombe sur le concours des plus belles photos culinaires proposé par Edith. Non pas que je trouve mes photos particulièrement réussies, non loin de là, mais j'avoue avoir une photo fétiche. Parce qu'elle allait parfaitement bien avec l'histoire qui l'accompagnait (une histoire qui m'a d'ailleurs valu l'estime d'une de mes bloggeuses préférées), parce qu'elle est toute mignonne et parce qu'en plus, ces bouchons poire-chocolat, ils sont super bons.

bouchon_poire_choco

(Scrogneugneu, c'est maintenant que je me rends compte qu'avec ces fleurs et ce fond rose, j'aurais pu (et du) la proposer à Lauriana... quelle nouille je fais !)

--------------------------------------

Enfin, sans transition cette fois, je termine sur un petit mot destiné à un cher disparu :

Toi qui m'as accompagné pendant 6 ans, toi qui chaque jour faisais mon bonheur et celui de mon entourage, toi qui as su t'adapter à chacun de mes déménagements et trouver ta place, toi qui n'as jamais rechigné à travailler du matin au soir sans relâche, toi qui as subi mille et un dégoulinage de pizza, éruption de gâteaux, écrasage de biscuits, toi qui la semaine dernière as décidé de ne plus jamais t'allumer, alors que j'avais patiemment pétri et laissé levé une belle brioche, toi mon Maxi-four Seb 18 litres, tu me manques atrocement et tu me mets bien dans la m... !