Je m'y suis préparée à ce moment. Depuis l'âge de 8 ans je m'entraîne régulièrement devant le miroir, ma brosse à cheveux en guise de micro dans une main et mon Popples en guise de trophée dans l'autre. "Je remercie mes parents, qui ont toujours cru en moi et sans qui je ne serais pas là aujourd'hui" avec une fausse larme au coin de l'oeil qui n'a décidément jamais voulu couler (pas faute d'essayer de me tirer un poil de la cuisse en même temps).

Je m'y suis préparée et pourtant, aujourd'hui, l'heure de la remise des prix a sonné et je reste coite (sans le tréma sinon, ça n'a rien à voir et c'est dégoûtant, pas de ça chez moi, merci bien). Pfff, si la mini Aurélie voyait ça, elle serait bien déçue... des heures de boulot foutues en l'air !
Parce que là j'ai reçu - attention tenez-vous bien - pas un, pas deux, pas trois mais QUATRE Thinking Blogger Award* (oui, tout ça... ouais ouais moi aussi j'ai eu du mal à y croire). Et j'arrive rien à sortir. Quelle nouille !

On m'avait bien dit (un certain Steven S. si mes souvenirs sont exacts, rencontré lors de mon tout premier casting) "Ouais, t'as une gueule, t'as quelque chose c'est sûr, mais n'est pas star qui veut... ça ne s'improvise pas tu sais petite" (le tout en anglais bien entendu, mais à 9 ans 1/2 j'étais déjà parfaitement fluent). Mais je ne voulais pas y croire : faut dire que ça a pas l'air si compliqué de monter des marches tout en souriant aux photographes. Ah oui, c'est vrai, il faut éviter de se prendre les pieds dans le tapis rouge. Même avec des talons de 12 cm, et pleine de champagne Mumm. Rhoo, ch'uis sûre que c'est pas si compliqué...

Cela dit, aujourd'hui, je suis forcée de constater que Steven avait raison, notamment en ce qui concerne les cérémonies de remise de récompense : on sait faire de naissance ou on ne sait pas. La preuve : est-ce que, même à ses débuts, Catherine Deneuve est déjà restée face au public avec un sourire benêt en faisant des "euh... beuh... merci... je m'y attendais pas... merc... merci". Bah non.

Bref, même si j'ai pas ça dans la peau, je voudrais au moins dire : merci Elsa, merci Noémie, merci Kmille et merci Annellénor de m'avoir nominée, c'est trop d'honneur, je suis confusément confuse, émotivement émue, touchément touchée (là tout le monde aura compris que je n'ai pas réussi à remettre la main sur ces p***** de discours écrits par anticipation, 17 ans plus tôt)

La règle veut qu'à mon tour, je décerne ce prix à 5 blogs. Soit. Pour me simplifier la tâche, j'ai décidé que je remettrais le prix à ceux, ou plutôt celles, qui me font grassement rigoler, celles grâce à qui je me bidonne chaque jour. En vrac, ça nous donne... oh ben non, pas tout de suite, la recette d'abord !

Donc revenons-en à nos moutons. Je ne suis pas star dans l'âme, ça ok. Mais il n'empêche que je suis désormais récompensée, médaillée, honorifiée, etc. Et je vous avoue qu'à la maison, depuis, on sent bien la différence. J'ai tenu à récompenser tous ces acteurs du quotidien qui ont, de près ou de loin, contribué à cette glorification, à commencer par le set de table himself.

Exemple concret du changement : avant, mon poulet, il était normal, basique, un vulgaire poulet de quidam, quoi ! Mais maintenant, mon poulet, il est médaille-d'or... et j'peux vous dire que c'est aut'chose !

poulet_caramelis_2

Bouchées de poulet médaillé et caramélisé sur sa compotée de fenouil au citron confit
Pour environ 16 bouchées

  • 2 blancs de poulet
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 cuillère à café rase de gingembre moulu
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 1 gros bulbe de fenouil
  • 1/2 jus de citron
  • 1/2 citron confit
  • sel, poivre
  • huile d'olive

Couper chaque blanc en 8 cubes. Les déposer dans un plat creux, ajouter la sauce soja, le sirop d’érable, le vinaigre et le gingembre. Laisser mariner au frais pendant 1 à 2 heures.
Egoutter les morceaux de poulet et les faire revenir rapidement dans une poêle chaude avec l’huile. Lorsqu’ils ont pris couleur, ajouter la marinade et éventuellement un petit peu d’eau et laisser mijoter 6 à 8 minutes selon la taille des morceaux. Si, à ce moment de la partie, la sauce n’est pas assez sirupeuse, retirer les morceaux de poulet, les réserver au chaud et faire réduire la sauce. Une fois qu’elle a bonne consistance, y remettre le poulet et bien enrober chaque bouchée de caramel.

Pour la compotée de fenouil :
Retirer la coque extérieure du fenouil ainsi que les plumets. Emincer finement le fenouil, le faire revenir dans l'huile d'olive. Ajouter ensuite le jus de citron, le citron confit détaillé en petits morceaux et un petit peu d'eau. Laisser compoter une dizaine de minutes (voire quelques minutes de plus pour un fenouil encore plus fondant).

poulet_caramelis_

Une recette que vous pouvez retrouver dans le dossier ici (bah voui, je m'étais habituée à écrire là-bas, alors ça commençait à me manquer !)

Et enfin, les lauréates sont... tadadadam :

- Kmille et son Café de Filles ; oui, je vous en parle de façon trèèèèès régulière de ma copine Kmille et alors ? C'est pas ma faute à moi si elle est super marrante (et super jolie pour ne rien gâcher, tous ses nouveaux fans ne s'y sont d'ailleurs pas trompé on dirait)

- LeCookieMasqué et sa Tronche de Cake ; découverte il y a peu mais adoptée sur le champ. Parce qu'on a le même sens de la parenthèse ? Parce qu'on emploie toutes les deux le mot "foultitude" ? Oui, et parce qu'elle est très drôle tout simplement.

- Noémie et son Magimix et moi... enfin elle... enfin bref ; vous en connaissez vous des filles qui cumulent sens de la répartie, aisance dans le jeu de mot et inventivité à toute épreuve ? Ben avant Noémie, moi non plus !

- La Morue et sa Vie de Morue ; ou la vie d'une prof de lycée bidonnante, qu'elle parle de ses "BEP secréteuses qui écoutent du arénebi de merde" ou de ses talons aiguilles, impossible de ne pas se tordre de rire.

- Lili Violette et ses Copains du Kibou ; ah, Lili Violette, c'est celle qui me déculpabilise de lever si facilement le coude, parce qu'au Kibou, faut dire, ça picole. Mais surtout, au Kibou, faut dire, ça rigole.

Voilà, ça c'est fait. Alors bien sûr, j'aurais pu en citer plein d'autres, dans d'autres catégories, des que j'aime tout autant, mais j'en aurais pour des heures et puis, faut bien qu'elle serve à quelque chose ma colonne de gauche, mince alors !

* Si tu fais partie d'une des personnes récompensées, et seulement dans ce cas, publie un article dans lequel tu feras apparaître à ton tour 5 blogs que tu apprécies beaucoup, avec les liens vers ces derniers pour que l'on puisse les visiter. Fais un lien vers ILKER pour que l'on puisse savoir d'où vient ce prix.