Cher Papa, chère Maman,

N'y voyez pas là un quelconque reproche, mais tout de même, j'aurais aimé que vous prêtiez plus attention à ce que vous faisiez lors de ma conception afin de ne me pas me retrouver aujourd'hui face à de telles incohérences.

Non, mais j'imagine très bien, c'est tout mon père ça, très bricoleur mais toujours pressé de passer à un autre chantier... Hop hop, je visse ça là haut... ah mince, le cerveau ! pfff, j'ai refermé la tête maintenant... bah tant pis, personne s'en rendra compte !... et c'est finiiiii ! Bri, viens voir, je l'ai finie la gamine ! Et ma mère, avec son objectivité légendaire Ooooooh, mon dieu qu'elle est belle notre fille !

Du coup, tu crois qu'ils auraient pris la peine de vérifier les branchements ? Non, ça avait l'air de bien fonctionner sur le moment, ils se sont dit qu'ils verraient bien à l'usage, quitte à remettre un petit coup de clé de 10 sur le boulon là-haut qu'a pas l'air bien fixé... bah ça tient là, ça durera ce que ça durera.

Et aujourd'hui, qu'est-ce qu'on constate ? Des dysfonctionnements quotidiens... et j'peux vous dire que ça va pas en s'arrangeant ! J'crois que je vais aller faire une révision, parce que c'est quand même pas très rassurant...

> Je comprends les jeux de mots plus vite que mon ombre (tu penses bien que le décodeur à jeu de mots c'est la première pièce qu'il m'a mis mon père, alias Raymond Devos). Quelle vivacité d'esprit auriez-vous tendance à penser.
Oui, sauf que je comprends toujours trop tard qu'il vaut mieux éviter de faire coïncider les rares jours où je mets mon col roulé blanc avec les rares jours où je mets du fond de teint. Oui, sauf que je comprends toujours trop tard que je dois étaler ma crème hydrante autobronzante jusqu'au coup de pied si je ne veux pas avoir comme une marque de chaussette blanche sur la cheville. Etc etc.

> J'ai eu mon permis du premier coup ce qui pourrait laisser croire que je conduis bien pas trop mal.
Et pourtant, j'ai toutes mes chances au concours du plus grand nombre d'accrochages (et la plupart toute seule en plus). Par exemple, en bonne conductrice, lorsque je fais une marche arrière, je tourne la tête et regarde derrière. Et en bonne conductrice... m**** ! mais je suis très en retard pour la fac ! vite vite, je passe ce que je crois être la marche arrière... sauf que sur ma voiture, elle n'est pas en haut à gauche... Heureusement que le mur de la maison était là pour amortir le choc de la Twingo des parents dans laquelle ma Rover s'est enfoncée...

> Je suis un peu maniaque (bon ok, j'avoue, on m'appelle Monica). Je peux faire mon ménage dès le lever. J'adore quand mes mains sentent la Javel (c'est d'ailleurs pour ça que je ne mets jamais de gants et que mes mains ont l'air d'avoir 30 ans de plus que moi). Je reçois souvent des gens à la maison, et je ne crise pas s'ils renversent des trucs par terre, au contraire... j'adore faire ce bon gros ménage à fond post soirée arrosée. Maniaque. Partout. Pour tout. Sauf pour les fringues.
J'en ai tellement (certaines au fond du placard ont encore les étiquettes) que ça me fatigue à l'avance de devoir trier, ranger, plier, suspendre. Et comme je balance les fringues sales à un bout de la pièce, mais que j'y balance aussi les fringues que j'essaie avant d'aller en soirée "oh non pas ça, on dirait un vieux cageot", "ouhlà, plus courte la jupe et j'attrape une angine", "bon ben le leggings fuschia en lycra, étonnament ça passait mieux avec 5 ans et 5 kilos de moins", au final, on se retrouve avec un gros tas de fringues mi-puantes mi-propres en boule à côté du lit qui traîne des jours des jours et encore des jours (maman, je te rassure, je finis par tout laver dans le doute... la maniaquerie reprend le dessus !).

> Je suis la diplomatie faite femme, et ça parce que je n'aime pas faire de la peine aux gens gratuitement. Je cherche alors toujours la façon la plus douce et la plus courtoise de dire les choses.
Cependant, dès qu'il s'agit de dire pile le truc qu'il fallait pas, je suis la reine. Boulette Queen. Typiquement, je suis celle qui va dire "beurk, c'est quoi ce plat ? J'en donnerais même pas à mon chien si j'en avais un !" et voir la copine à côté se mettre à sangloter "ouiiin ! mon chien s'est fait renverser par une voiture hier soir... ouiiiiiiin". Typiquement bis, parce qu'on ne s'en lasse pas, je suis celle qui va dire à un pote qui nous apprend qu'il gagne plein d'argent "hey ! mais t'es un homme à marier toi !"... ouais, sauf que ce pote-là est en pleine dépression suite à son récent divorce (des comme ça, j'en ai des dizaines et des dizaines, je songe à en faire un livre)

> Je suis une copine formidable, disponible et dévouée (c'est mon blog, je dis ce que je veux !). Ma meilleure amie me demande de jouer au traiteur pour sa crémaillère. Je suis grave dans le jus, j'ai du boulot par dessus la tête, et pourtant, c'est sincèrement avec plaisir que je lui dis oui. Parce que c'est ma meilleure amie, parce qu'elle le vaut bien, parce que je veux lui faire plaisir.
Oui mais, si je veux lui faire plaisir, pourquoi je trouve le moyen de préparer entre autres choses un gâteau (sucré) à base de légume... alors qu'elle n'aime pas les légumes, et que je le sais pertinemment ? Et, comme si ce n'était pas assez petit, et cruel, en grosse sadique que je suis, je choisis de travailler celui qu'elle a vraiment en horreur : le fenouil !

fenouil_cake

Fenouil'cake incohérent qui sentait même pas le fenouil finalement

  • 180 g de fenouil
  • 140 g de sucre
  • 2 oeufs
  • 110 g de farine
  • 1/2 sachet de levure
  • 35 g de poudre d'amande
  • 6 cl d'huile (moitié tournesol-moitié olive en ce qui me concerne)
  • 200 g de mascarpone
  • 1 jus de citron vert

Râper le fenouil et réserver.
Dans un saladier, battre les oeufs entiers avec 100 g de sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter alors la farine, la levure et la poudre d'amande. Terminer par l'huile et le fenouil râpé. Verser dans un moule à cake beurré et fariné et cuire à 180 °C pendant environ 20-30 minutes (piquer une lame de couteau, elle doit ressortir sèche).

Préparer le glaçage acidulé
Râper le zeste du citron. L'ajouter au mascarpone. Détendre le fromage avec le jus du citron, ajouter le sucre restant, bien mélanger et garder au frais.

Démouler le gâteau tiédi. Laisser complètement refroidir avant de couper en carrés et de napper chaque carré de glaçage acidulé bien frais.
 
Au final, il faut savoir que ce gâteau super super moelleux ne sent en aucun cas le fenouil (pour les amateurs comme moi, il faudra ajouter des graines de fenouil ou d'anis dans la pâte) et tout le monde l'adooooorera, à commencer par votre meilleure amie elle-même...