Oh, vous n'imaginez même pas à quel point je m'en veux. 
Qu'est-ce que j'ai pas eu encore comme idée à la con de vous écrire hier "oui, j'ai rien à dire parce que tout va bien en ce moment, c'est la fête du slibard, tous à poil, youhou !" ? Nan mais j'te jure !
J'aurais dû appliquer la règle n°29 "ne jamais se réjouir trop tôt". oui, j'ai un code de conduite très complet et surtout très strict, mais ceci est une autre histoire.

A peine le billet était-il en ligne qu'une douleur atrooooce (j'en rajoute un tout petit peu, j'aime bien qu'on me plaigne) a violemment déchiré ma gencive. Au fond, en bas à droite pour être précise. La dent de sagesse pour être encore plus précise. Il semblerait que la friponne ait décidé de poursuivre sa longue et lente (et douloureuse) poussée. Mais il semblerait surtout que ma gencive ne soit pas particulièrement enthousiaste à l'idée de compter une nouvelle résidente (ça c'est parce qu'elle aime pas les nombres impairs elle non plus).

Aaaaaah AaaaaaAaaaAaaaAaaaah AaaaAaaaah ! (vous m'dites quand j'en fais trop ok ?!) Mes amis, je me meurs !

C'est sans aucun doute un vilain abcès qui est à l'origine de l'enflure démesurée qui compromet - que dis-je ? - qui massacre, qui ruine ma belle, douce et lisse joue droite, et avec elle, mon radieux et sublime visage. Je suis littéralement défigurée (j'en rajoute encore une petite couche pour la route)... mes miroirs n'en croient pas leur tain et, affligés par telle injustice, se brisent, inconsolables, sur mon passage.

Adieu vie sociale, ami(e)s, sorties, soirées Jet-Set, élection de Miss Monde et autres podiums !
Bonjour vie d'ermite, recluse, terrée dans mon antre telle une bête sauvage, loin des regards méprisants et de la discrimination.

Enflure d'enflure !

Bon, mais resaississons-nous. La vie continue et j'ai faim.
Considérant le fait que, pour moi, mastiquer reviendrait à se mettre des coups de marteau sur le bout des doigts pour un être humain normal en bonne santé, je vais devoir me plonger dans une thématique les plats qui fe boivent, qui fe manvent à la cuillère mais qui furtout, furtout, ne fe mâche pas.
Peu réjouissant comme programme ? Détrompez-vous ! F'est à fe pourlécher...

veloute_courgette

Velouté de courgettes au mascarpone pour ElephantWoman en mal de vitamines
D'après le velouté de courgettes à la Vache qui rit de Gloubiblog
(sauf que là, comme ça n'a rien de drôle, personne n'est autorisé à rire autour de moi, non mais oh !)

Pour 2 gros bols

  • 3 belles courgettes
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 2 cuillères à soupe de mascarpone
  • basilic
  • sel, poivre

Laver les courgettes et les couper en rondelles. Les faire revenir 2 minutes dans l'huile d'olive. Ajouter 80ml d'eau, saler, poivrer et laisser mijoter 4-5 minutes. Au bout de ce temps, mixer avec le mascarpone, ajuster l'assaisonnement et parfumer de basilic ciselé.

C'est vite fait, c'est très bon, mais un chouia trop épais pour passer à travers une paille.