Si ! Je suis sûre que vous l'avez tous connu, le pas de trop. Cette phrase qu'on ajoute, ce geste qu'on ne sait réfréner, et qui fait s'effondrer l'édifice. Ce moment où l'on a pris un peu trop confiance et dans notre lancée, comme on ne se sent plus pisser, on en fait des caisses pour que ce soit encore mieux que bien. Et au final c'est pire que tout.

Vous voyez toujours pas de quoi je parle ? ('tain, sont bouchés aujourd'hui !) Bon, j'exemplise pour ceux du fond qui ne suivent pas.

Le pas de trop, c'est lorsque vous êtes à un dîner avec des amis ; depuis 15 minutes, vous lancez quelques petites blagounettes qui font hurler de rire les uns et pouffer les autres. Bref, carton plein, votre humour fait mouche. Et là, vous voulez taper plus fort et sortez LA blague de mauvais goût, ou tout simplement nulle à chier et c'est le bide total. Les amis sont déçus, choqués. Flop. Vous n'avez plus qu'à disparaître sous la table pour vous faire oublier le reste du repas. Ou payer l'addition pour redorer votre blason.

Le pas de trop, c'est lorsque vous vous préparez pour la soirée du siècle et - vu que c'est quand même la soirée du siècle mince ! - vous décidez de forcer un peu plus sur le maquillage qu'à l'accoutumée. Anti-cerne, fond de teint, poudre libre, trait d'eye-liner, mascara. Coup d'oeil dans le miroir, un seul mot : Waouh. Et là, crayon contour des lèvres brun ou coup de blush fushia et vous ne ressemblez plus qu'à une vieille pouf salement ravalée. La lose. Vous effacez tout, vous recommencez et arrivez en retard. Ou vous assumez, au moins on se souviendra de votre arrivée.

(Là, j'ai conscience que je perds mon lectorat masculin... vite, je rattrape le coup !)

Le pas de trop, c'est quand vous êtes au pieu avec une petite nana bien sous tout rapport, petite nana que vous avez d'ailleurs travaillé au corps pendant des semaines avant de la voir là, sous vous, et faut bien avouer que ça se passe super. Elle a l'air d'aimer ce que vous faites la coquinette. Et là, vous vous dites qu'elle aimera sûrement davantage si en même temps, vous enfoncez votre langue dans le trou de son oreille... crispation soudaine, rhabillage en mode accéléré et "on s'appelle" qui sonne faux en claquant la porte. C'est mort. Vous pouvez vous la mettre derrière l'oreille pour la fumer plus tard. Ou... euh... ou rien.

Voilà, c'est ça le pas de trop.

Alors moi, je m'étais bien renseignée sur le sujet et je m'étais promis que jamais plus ça m'arriverait. J'ai appris à reconnaître les signaux qui disent "stooop ! T'es allée au bout ! Un pas de plus et tu te manges le mur en pleine face". Et pourtant, pas plus tard que tout à l'heure, j'ai flanché (eh oui, même aux meilleurs ça arrive).

puree_carotte2

Elle était pourtant si bien partie ma purée de carotte !
Des carottes cuites à l'eau et réduites en purée avec de la ricotta. Miam !
Puis j'ai voulu ajouter un truc. Tiens, pourquoi pas de la pomme ! Alors j'ai ajouté de la pomme. Hummm !
Et puis je me suis dit qu'un autre truc en plus, ça pourrait rendre la chose exceptionnelle. Alors, j'y ai mis du pavot. Slurp !
Et puis, je n'ai pas senti qu'il fallait en rester là. J'ai fait la nique à la barrière invisible qui s'érigeait entre moi et la bouteille d'huile de noisette. Et là, ma purée de carotte-pomme-pavot si délicieuse, presque divine, est devenue un truc qui s'laisse manger... mais c'est quoi ce petit arrière-goût... c'est bizarre, non ?

puree_carotte

Purée carotte-pomme-pavot qui sait s'arrêter au bon moment
Pour 1 Hamster en souffrance

  • 3 carottes
  • 1 petite pomme (Granny, Golden)
  • 2 cuillères à soupe de ricotta (ou de lait ou de crème liquide)
  • 1 cuillère à soupe de pavot bleu
  • quelques gouttes de jus de citron
  • sel

Peler les carottes et les couper en rondelles. Les cuire environ 20 minutes dans une casserole d'eau bouillante.
Ne pas ajouter d'huile de noisette.
Pendant ce temps, peler et épépiner la pomme, la détailler en dés et la cuire dans une petite casserole avec quelques gouttes de jus de citron et 1 cuillère à soupe d'eau.
Ne pas ajouter d'huile de noisette.
Egoutter les carottes, ajouter les dés de pommes fondants et réduire le tout en purée avec la ricotta (ou la lait ou la crème).
Ne pas ajouter d'huile de noisette.
Saler, pavotiser et servir sans attendre. Ah, j'oubliais : ne pas ajouter d'huile de noisette.