A l’occasion de la rentrée, il y a quelques jours, on s’est remis à en parler. Toujours au top de la tendance, telle une Kate Moss de la plume (sans la poudre), je vais être la première à oser l’arborer : l’orthographe simplifiée.

(Bernard P., j'ai tant oeuvré pour passer sous le seuil des 10 fautes à tes dictées que ça me ferait mal que tu lises ce qui suit... si d'aventure tu passais par là, pars sans te retourner, pars immédiatement, je t'en prie !)

L’ortografe simplifiée, quelle belle idée ! Fini les triturages de cerveau, "apelle" ça prend un "p" ou deux ? Come tu veux ! Tu mets un "p", tu mets deus "p", tu fais come ça t’arange et surtout, surtout, t’évites de réfléchir pour garder toutes tes capacités intelectuelles intactes .

Alors j’entends déjà les réacs s’insurger "Mais euh ! C’est n’importe quoi ! Ce n’est plus du français !". M’enfin rendez-vous compte vieus rétrogrades ! L’ortografe simplifiée c’est une question de survie de l’espèce ! Oui, car si à ce jour on a bien intégré le problème du réchaufement climatique, on dirait qu’en revanche on n’a toujours pas pris concience de la menace sévère qui plane juste au dessus de nos têtes : le réchaufement neuronal. Or, si on considère que les neurones de l’umain fondent à la même alure que la banquise en Antartique, inutile de vous dépindre le cao qui règnera sur la planète d’ici 2050. Les cientifiques tirent la sonette d'alarme !

Insi, pour luter contre ce fénomène autement inquiétant, pas 36 solutions : l’économie cérébrale. Qui passe avant tout par une refonte de notre langue, manifique certes, mais trop complexe.

Par conséquent, come on a un jour abandoné le vieus français, il va nous faloir aujourdui accepter de tirer un trait sur notre bone vieille ortografe. Il en va de la survie de l’umanité.

Ah et au fait les ceptiques - ou devrais-je plutôt dire les iresponsables égoïstes - ne me parlez pas d’étimologie ! Quoi l’étimologie ? Bon c’est sûr, nos decendants auront du mal à savoir qu’ipocampe, ça vient du grec hippo, et risquent de croire qu’un filosofe, c’est le tipe qui est chargé d’enrouler le fil à coudre sur les bobines… Mais sérieus les gas, mais on s’en bat les pieds ! L’umanité est en danger on vous dit ! Et puis de toute façon, ça fait belle lurette que persone ne s’intéresse plus à l’étimologie. Non mais vous avez déjà vu, vous, une pub qui dit "Pour conaître l’origine d’un mot, tape ETIMO au 8 16 16" ? Vraiment, on a d’autres chats à foueter ! Et d’ailleurs, y a pas d’aplication étimologie sur l’Iphone, si c’est pas révélateur, ça !

Donc, en ce qui me concerne, j’ai décidé de prendre part au combat et de réaliser à mon échelle des économies cérébrales. J’ai un tas d’idées pour aler encore plus loin car il serait domage de s’arêter en si bon chemin. Déjà, j’vois pas trop pourquoi on parle pas tous la même langue dans le monde. Regarde, la monnaie unique coment ça nous a facilité l’Europe. Alors on pourrait parler une seule et unique langue partout dans le monde (et tant qu’à faire le français), hein ? T’imagines l’énergie mentale économisée ne serait-ce que sur une semaine de cour d’un licéen-tipe : tu vires 3 eures de première langue et 2 eures de seconde langue, ça fait 5 précieuses eures par semaine pendant lesquelles les neurones de l'ado ne sont pas soumis à la surchaufe. Et si tu penses bien à étindre complètement le cerveau - car le cerveau en veille continue à chaufer - en le colant par exemple devant Secret Story, tu prolonges l'espérance de vie de ses celules grises de 3 jours. C’est prouvé.

Et puis on pense à l'économie cérébrale mais, y sont-y pas un peu érintés nos jeunes de porter leurs imenses cartables ? Anticipons un éventuel réchaufement musculo-articulaire et pensons d'ores et déjà économie fisique ! Moi j'vois bien des chaises de bureau à moteur (qui fonctionneraient à l'énergie renouvelable bien entendu, soyons coérents) pour se déplacer dans l'apart sans efort, et avec sistème de bascule progressive permetant de passer en station debout sans soliciter les articulations, notament les genous. Z'ont les genous fragiles nos ptiots. Et aussi des semelles de chaussures en tapis d'escalator.

'Fin bon, tout ça pour dire : protégeons nos futures générations, simplifions !

nem_coriandre

Nems surimi-coriandre simplifiés, sauce pimentée simplifiée pour cerveaus surchaufés
Pour 4 persones

  • 12 bâtons de surimi
  • 6 feuilles de brick
  • 1 bouquet de coriandre fraîche
  • ketchup
  • sauce soja
  • purée de piment

Couper les feuilles de brick en deus. Replier chaque moitié de feuille dans la largeur de façon à obtenir une longue bande. Poser quelques feuilles de coriandre en bas de la bande. Déposer un bâton de surimi sur la coriandre et rouler en nem.
Faire cuire 10-15 minutes au four à 200°C, le temps que les nems soient bien dorés.
Pendant ce temps, préparer la sauce. Mélanger dans un bol 3 mesures de ketchup pour 1 mesure de sauce soja, ajouter une petite ou une grosse pointe de purée de piment, selon les goûts.
Tremper les nems tiédis dans la sauce et déguster en feuilletant avec nostalgie votre vieus Robert.

********

JiBs, je n'avais plus d'excuses crédibles en stock alors voilà, fini la glandouille ;) Ah et au passage, bon anniv !